Crankworx : une belle alternative

Ces 2 dernières semaines se sont déroulés les crankworx d’ Innsbruck et des Gets. Pour une fois, pas de blagounette à la Cyril Hanouna, mais un article plein de sérieux.

Clairement les crank en europe redonne un second souffle au vtt et à toutes ses disciplines alternatives (dual, slopestyle, dh …).

Les organisateurs ont eu la bonne idée de choisir un bon créneau dans le calendrier pour garantir la présence des top mondiaux. Juste après la coupe du monde de Leogang, les gros teams n’avaient que 2 heures de route pour arriver à Innsbruck, tout juste le temps pour permettre au Polygon team de lancer leurs machines à laver! #Calendrier

Durant une semaine, les pilotes enchainent les disciplines et les plus polyvalents peuvent embaucher un beau pactole à la fin de la semaine. Premier point positif de ce genre d’évènement! Les sponsors sont là, les stations jouent le jeu, ce qui permet d’offrir des price-money relativement important aux riders, et enfin de recompenser les heures d’entrainement #Pricemoney

Ensuite les pistes, des belles pistes de dh à l’ancienne, qui restent accessible au plus grand nombre, et donnent la banane aux pilotes de la WC avec des pointes à 70 et le retour de racines, qui pour une fois n’ont pas été pré-goudronnées! #bellespistes

Enfin le public, même si on n’attend pas la folie des championnats du monde aux gets, le public a répondu présent tout au long de cette semaine! Le pré des Chavannes aux gets, étaient plein à craquer! En plus des animations, un petit salon qui a tendance à grossir d’année en année, permettait aux visiteurs de s’équiper et pour quelques rares stands de tester les vélos #public.

Malheureusement et y’a toujours un hic, le prix de l’organisation pour une station est exhorbitant. Chaque année, les pistes notamment le slopestyle doit être reconstruit, la bosse du whip-off est créé pour une centaine de sauts, le speed&style est aménagé uniquement pour l’évènement, et on ne parle même pas du coup de la licence triennale accordée par les crank à la station … Il pourrait être judicieux de peut-être chercher une façon de mieux réutiliser les aménagements en communiquant dessus. Clairement les vacanciers ayant déjà un bon niveau, serait très attirés et fiers lors du récit  à la machine à café de dire « j’ai roulé sur la piste de dh des crank », ce qui permettrait aux gets de proposer une nouvelle piste, tout en incluant ce frais dans l’orga d’un évènement … m’enfin simple proposition, on sait que les choses ne sont jamais simples en station.

Pour finir, sur notre article façon stagiaire en chef du dauphiné, les Gets arrivent au bout des 3 ans de leur licence, une demande a été faite aux habitants des Gets par la mairie pour une reconduction d’un an, on espère que la réponse va être positive, et que si les Gets ne peuvent malheureusement poursuivre, qu’une autre station française reprenne le flambeau.

Les photos d’ Innsbruck : (lien cliquable)

Les photos des Gets 1 / Les Gets 2  : (lien cliquable)

Steve Peat qui a encore rappelé à tout le monde, qu’il est le retraité de la dh le plus rapide du circuit
Un norvégien blindé de style, qui a regalé tout le weekend par ses passages engagés
Gee atherton en france! Preuve que les cranks ont vraiment une dimension internationale!

Loic avec son tout nouveau spé 29 pouces. Le marketing aura eu raison des convictions … mais bravo pour ton combat Loic!