News

MB Xcountry mangeur de graine « Enduro »

Ce weekend, je me suis un peu égaré en m’inscrivant à la MB Race Enduro. Sur le papier ça avait l’air funky. 5 spéciales avec vue sur le Mont-Blanc et des télésièges pour te remonter entre chaque spéciale, la réalité est un peu différente …

8h du matin, rendez vous pour le briefing, sachant que la première spéciale a lieu à 10h47 tu te dis qu’il y’a un petit creux quelque part… partie de belote avec les collègues, Molki, Uno? Non rien de tout ça, tu attends gentiment que les 3 camions municipaux grimpent 250 gugusses, puis après tu attends une bonne heure en plein cagnard que les 10 portes vélos installés sur toute la ligne du télésiège aient fait le tour …

Attendre les remontées, maître mot du weekend …

1ère spéciale, tout le monde arrive limite limite au départ, pour le plus grand bonheur de Sir Bernard Fantinato, qui tient le chronométrage d’une main de fer, et ce n’est pas les 20-30 pilotes qui ont essayé de négocier avec lui les numéros de départ qui diront le contraire :). La première spé est assez roulante, très belle même si de par l’absence de roulage le reste de l’année, des énormes tranchées ce sont faites à la suite des nombreux orages estivaux.

2ème spéciale, peut-être la plus belle du weekend, celle du Christomet, tout en sous-bois avec une belle montée de 2 minutes au milieu pour finir de se sécher. La 3ème est une spéciale avec peu de dénivelé et quelques bonnes relances. Jusque là, je me dis, « plutôt sympa comme enduro, alors certes ça traîne un peu aux remontées, mais on se marre bien »

4ème spéciale, et là c’est le drame… Julien Absalon en semi-rigide aurait fait un meilleur temps que Ed Masters avec son enduro. Des montées et encore des montées … 30% de la distance de la spéciale devait être en montée ou faux plat montant, et 50% du temps ont du être passés en montée. Ça ronchonne sec en bas de la spéciale, on avale 3 bananes et on y retourne, pour la dernière spéciale. Dernière spéciale, pendant laquelle j’ai faillit appeler BF Goodrich pour me monter des pneus de tracteur afin de me sortir des deux bourbiers, ou même un sanglier se serait noyé … et je te passe le petit tour du village où l’on a pu visiter la moitié des monuments de la ville (en montée, mais bon on commence à avoir l’habitude).

Bref, c’est dommage, le terrain est fabuleux, c’est clairement un lieu à tracer des dizaines de spéciales d’enduro, j’imagine que les traceurs sont plus habitués à tracer des courses de cross que d’enduro, au désavantage de notre catégorie. Dommage

Départ de la spéciale 2
Les sous-bois de la spéciale du Christomet
Quand la pente est dans ce sens là tout va 🙂